La Suisse s’est préparée jeudi à assouplir ses restrictions en matière de prévention du coronavirus, alors que l’Europe tente de reprendre la vie comme elle l’était avant la propagation de la maladie.

Le pays a annoncé que le 27 avril, les hôpitaux pourront reprendre les soins non urgents et les procédures ambulatoires, telles que les soins dentaires et la physiothérapie. Le même jour, les coiffeurs, les studios de massage, les quincailleries, les jardineries et autres commerces similaires seront autorisés à rouvrir.

Ensuite, le 11 mai, les écoles primaires et les magasins pourront à nouveau ouvrir leurs portes, puis les écoles secondaires, les collèges professionnels, les universités, les musées, les zoos et les bibliothèques le 8 juin.

Toutes les réouvertures prévues sont susceptibles d’être modifiées dans l’attente d’un changement dans la propagation du coronavirus.

A la date de jeudi, la Suisse compte 26 422 cas confirmés, avec 1 269 décès, selon les statistiques de l’Université Johns Hopkins.

L’assouplissement prévu des restrictions s’inscrit dans la lignée des autres pays européens qui tentent de relancer leur économie.

En Autriche, les jardineries et les petits magasins sont à nouveau ouverts, mais avec des règles sur la distanciation sociale en place, rapporte la BBC. Certains magasins et entreprises ont également rouvert dans certaines régions d’Italie.

Ailleurs, le Danemark ouvre des écoles pour les jeunes enfants, l’Espagne a autorisé la réouverture de certaines entreprises et sociétés, et la Pologne prévoit de lever les restrictions dimanche, selon la BBC.

La plus grande économie d’Europe, l’Allemagne, se prépare à ce que les petits magasins commencent à rouvrir la semaine prochaine.

Les entreprises non essentielles, qui ont également été fermées depuis près de quatre semaines, seront autorisées à reprendre leurs activités, mais avec des précautions d’hygiène en fonction de leur superficie.