La résilience économique de la Suisse et sa capacité à rebondir après la pandémie de coronavirus est la quatrième meilleure au monde.

Selon une étude publiée mercredi par Horizon Insight and Strategy, la Suisse est l’un des pays les mieux placés au monde pour se remettre de la pandémie de coronavirus.

L’étude a examiné les capacités des pays à rebondir de la pandémie, en se penchant sur les indicateurs sanitaires, sociaux et économiques.

Un résultat clair

La Suisse s’est classée quatrième derrière la Finlande, la Norvège et l’Allemagne.

Si les pays germanophones et nordiques se sont bien placés, la situation n’était pas aussi bonne pour les voisins latins de la Suisse.

La France ne s’est classée qu’à la 18e place, derrière des pays fortement touchés comme les États-Unis et le Royaume-Uni, ainsi que des nations plus petites comme l’Estonie et la Slovénie, tandis que l’Italie s’est classée à la quatrième place.

Une gouvernance de classe mondiale

Selon les auteurs de l’étude, les pays se situant dans la tranche supérieure « combinent une gouvernance de classe mondiale avec des niveaux élevés de capital social et une grande résilience sociale. Ils ont également des systèmes financiers solides, des niveaux d’endettement gérables et une bonne résilience de leur système de santé ».

Tout en se classant au quatrième rang, la Suisse s’est classée première pour la résilience économique et l’agilité du marché du travail, deux paramètres clés.

Le seul point négatif pour la Suisse est sa dépendance à l’égard des marchés internationaux.

« Le pays présente des vulnérabilités… car il est très exposé aux secteurs vulnérables et très dépendant des marchés internationaux ».

« Toutefois, pour une petite économie comme la Suisse, les liens internationaux solides seront un atout pour le processus de reprise, car les principaux partenaires commerciaux du pays devraient bien se remettre de la crise ».