La « gig economy » a pris son envol dans le monde entier, mais la Suisse a toujours été tiède sur ce concept. Le pays alpin sera-t-il plus ouvert à l’emploi ad hoc suite à la pandémie de coronavirus ?

L’appel par smartphone, l’Airbnb, la livraison de nourriture et le nettoyage à la demande ont montré qu’il n’est pas nécessaire d’être embauché par une entreprise, puisque les services à court terme ou ponctuels peuvent être facilement réservés en ligne. Cette nouvelle forme d’emploi flexible s’est développée rapidement dans une grande partie de l’Europe, des Amériques et de l’Asie. 

Mais la Suisse ne s’est pas encore jointe à ce mouvement.

Pour la première fois, l’Office fédéral de la statistique a mené une enquête auprès des travailleurs de l’industrie du spectacle qui fournissent des services ou vendent des biens sur des plateformes en ligne contre de l’argent. Non seulement peu d’entre eux fournissaient des services de cette manière, mais leurs revenus étaient minimes.

En 2019, seulement 0,4 % des résidents suisses ont déclaré avoir utilisé des plateformes en ligne au cours des 12 mois précédents pour vendre des produits, louer des maisons, livrer de la nourriture et faire du covoiturage.

Dans des pays tels que la Chine, l’Inde et les États-Unis, un segment important de la population en âge de travailler a fait de la fourniture de biens et de services à la demande via l’internet et les applications mobiles sa principale source de revenus.

Mais en Suisse, la plupart des travailleurs du secteur du spectacle ne gagnent que moins de 1 000 CHF (1 075) par an avant impôts grâce aux plateformes en ligne. Le revenu annuel par habitant des résidents suisses qui travaillent sur des plates-formes en ligne est de 5 849 francs suisses, soit seulement 487 francs par mois. Le salaire mensuel moyen en Suisse est de 6 538 CHF par mois.